La GTI est de retour !

Peugeot 208 GTi

Beaucoup l’attendaient en cette année 2013, Peugeot la matérialise dans sa nouvelle publicité. Sur un air de guitare rock reproduisant au fil des notes la sonorité d’un moteur, la nouvelle 208 GTi se dévoile sous toutes ses formes dans sa célèbre livrée rouge qui vient rappeler la 205 GTI. Un esprit sportif et rock n’roll qui vient ajouter de la couleur dans la gamme 208, toujours dépourvue de versions sportive et cabriolet. Un vide aujourd’hui comblé par le retour du célèbre sigle GTi donc et qui vise à rendre plus passionnelle la citadine du lion.

Par sa taille, son poids, son design et son rôle dans ce contexte difficile pour la marque sochalienne, la 208 rappelle sa digne héritière, la 205. Une origine sur laquelle Peugeot a souhaité communiquer lors du lancement commercial de la 208 avec le terme de « ré-génération » et qu’elle poursuit aujourd’hui avec la célèbre griffe GTi et son accroche « GTi is back ». La 208 GTi exploite ce patrimoine de la marque, à la manière d’un Fiat avec Abarth, et se différencie de la concurrence de plus en plus féroce et ne disposant pas forcément d’un nom plein d’histoire.

Crédit photo : YouTube Peugeot

DS Wild Rubis Concept : Place à l’avenir !

DS Wild Rubis Concept


Aujourd’hui, j’ai décidé de m’intéresser au Wild Rubis Concept, dernier concept-car de la marque Citroën ou devrais-je dire de la marque DS. En effet, aucun logo Citroën n’apparait sur le véhicule et c’est une nouveauté pour la branche haut de gamme du constructeur français. Nous allons voir que ce détail n’est pas du au hasard et révèle un important changement…

Préfigurant le prochain SUV (Sport Utility Vehicle) de la gamme DS, ce nouveau concept-car annonce l’avenir du haut de gamme du constructeur français, tant au niveau du design qu’au niveau stratégique.

Le design comme vecteur de différenciation
Tout d’abord sur le plan du design puisque le dernier né de la ligne DS confirme ce que l’on avait découvert avec le concept Numéro 9 (dévoilé il y a un an au salon de Pékin), la nouvelle calandre pleine, nouvelle identité visuelle de la marque. Une face avant que l’on retrouvera rapidement sur l’ensemble des futurs modèles.

J’insiste sur ce point car la calandre est devenue de nos jours une signature, un élément de reconnaissance pour tout constructeur automobile soucieux de son image. Voici un exemple concret qui s’est produit chez Renault à l’arrivée du nouveau patron du design Laurens Van Den Acker. Ce dernier a soumis à ses équipes une série de visuels montrant les calandres de différents constructeurs avec une particularité, chaque calandre était ôtée de son logo. Ses collaborateurs ont immédiatement reconnu la calandre Single Frame du constructeur allemand, présente sur l’ensemble de la gamme. Un exercice qui a permis de souligner la cohérence du design Audi et au contraire l’incohérence de celui de Renault qui oscillait entre plusieurs styles à l’époque.

Conséquence, aujourd’hui chaque nouveau véhicule du constructeur au losange adopte une calandre « nœud papillon », nouvelle signature de la marque. Un exemple qui souligne l’importance que les marques automobiles accordent à ce genre de détail. De son côté, Citroën a travaillé sur ce sujet et a fait évoluer le style de la marque DS qui se matérialise avec ce nouveau concept SUV.

La marque DS s’émancipe
Le second élément que nous révèle ce Wild Rubis Concept, c’est la mise en avant de l’identité DS au détriment de celle de Citroën. Fini les chevrons apposés sur la calandre et la malle arrière. Place désormais à l’insigne DS. Une stratégie d’émancipation déjà visible lors de l’inauguration du DS World à Shanghai (un C_42 version chinoise) au début du mois et qui se poursuivra avec la présence d’un stand 100% DS à l’occasion du salon de Shanghai organisé du 21 au 29 avril prochain.

Une indépendance qui vise à faire de la ligne DS une marque à part entière, à la manière d’un Toyota avec sa marque Lexus ou encore BMW avec Mini. A l’heure où les constructeurs développent leurs gammes pour ne délaisser aucune niche de marché, synonyme potentiellement de part de marché supplémentaire, et donc de profit, les constructeurs à l’image de PSA Peugeot Citroën ne peuvent plus exister en l’état actuel et doivent évoluer. L’internationalisation s’impose avec le dynamisme des BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud) et la technologie, notamment avec la plateforme modulaire, leur permet une plus grande diversité de modèles à moindre coût. Un groupe tel que Volkswagen l’a bien compris et développe ses marques pour occuper un maximum de marché, du bas de gamme (Skoda) au haut de gamme (Lamborghini).

La Chine comme eldorado
La présentation du Wild Rubis Concept témoigne de cette évolution. L’internationalisation occupe désormais une place importante dans la stratégie de Citroën et de DS comme en témoigne l’appellation de ce concept-car : Wild Rubis Concept qui signifie « rubis à l’état sauvage. » Un nom anglophone compris par un plus grand nombre d’individus à travers le monde et en cohérence avec l’image d’une marque internationale que souhaite donner Citroën à sa griffe DS.

Sa présence à Shanghai n’est pas anodine non plus et s’intègre dans cette stratégie d’internationalisation. La DS5 (2011) et le concept Numéro 9 (2012) ont tous deux été révélés lors de salons automobiles chinois. Citroën valorise ainsi son haut de gamme lors de salons moins médiatiques que ceux de Paris, Genève ou Francfort mais non moins importants. C’est une étape indispensable pour la marque, désireuse de renforcer ses positions sur ce marché devenu le premier marché automobile mondial devant les Etats-Unis. Une stratégie qui révèle le pari de Citroën d’exister sur le marché du haut de gamme automobile par l’intermédiaire de sa ligne DS et qui démontre la capacité d’innovation des constructeurs hexagonaux.

Crédit photo : YouTube Citroën

La Peugeot RCZ, remède anti-crise ?

Peugeot RCZ

Voilà un modèle qui ne connaît pas la crise. Alors que la maison mère PSA doit faire face à d’importantes difficultés – 200 millions d’euros de trésorerie brûlés chaque mois – la Peugeot RCZ rencontre quant à elle un véritable succès.

Success story à la française
Initialement présenté sous forme de concept-car, le coupé 2+2 de la marque au lion est rapidement passé à l’étape de la grande série. Face à un public séduit par son design et ses allures de coupé sportif, ce dernier a entamé sa carrière en 2009 sur les chapeaux de roue : 30 000 RCZ vendues en l’espace de 14 mois de commercialisation seulement.

Un succès qui semble aujourd’hui ne pas s’infléchir puisque cette dernière a franchi le cap symbolique du 50 000ème véhicule fabriqué le 14 février dernier, jour de la Saint-Valentin, avec pour l’occasion une RCZ toute de rouge vêtue. Un événement important pour le constructeur sochalien quand on connaît la tâche incombé au modèle à sa sortie.

Ambassadeur de la montée en gamme de Peugeot
Premier modèle à incarner la stratégie de montée en gamme initiée par Peugeot, la RCZ bénéficie à cet effet d’une place particulière dans la gamme du constructeur. Peugeot a voulu en faire le porte drapeau de son renouveau. Porteur de valeurs renvoyant à l’élégance et à la sportivité, la RCZ incarne le premium automobile français. Rapidement rejointe par ses cousines (3008, 508, DS5, …), cette dernière a su s’imposer, et notamment face à la concurrence allemande et son modèle emblématique, l’Audi TT.

Aujourd’hui à mi-carrière, Peugeot a décidé de lui donner une nouvelle jeunesse. Au programme, nouvelle calandre flottante, leds diurnes et feux retravaillés afin de mieux correspondre aux standards actuels. A cela s’ajoute, et c’est ce qui nous intéresse ici, une nouvelle campagne de communication pluri-média lancée au début du mois.

RCZ, voiture « plaisir »
Dans le spot TV de 2009, la RCZ incarnait la voiture élitiste, choisissant son conducteur : « Elle vous choisit, elle vous possède ». Peugeot est resté fidèle à cet item dans sa nouvelle publicité. On y découvre une RCZ dans une livrée blanche, évoluant sur une route sinueuse de montagne. Le tout accompagné d’un dispositif d’appareils photos cherchant à la photographier. L’Homme cherche ainsi à l’immortaliser en la prenant en photo mais sans y parvenir. Finalement, c’est cette dernière qui finit par se laisser photographier avant que le spot ne s’achève sur une phrase laconique « Nouvelle Peugeot RCZ, éblouissante ».

La RCZ préserve ce caractère élitiste et capricieux, ne se laissant pas facilement conduire comme une simple voiture lambda mais au contraire en choisissant son conducteur. Vous remarquerez que cette caractéristique est alimentée par l’absence de conducteur dans le véhicule présent dans le spot TV. Elle se conduit toute seule et fait ses propres choix, inversant la relation Homme-voiture. Est-ce l’Homme qui conduit où la voiture qui le conduit ? Nous retrouvons cet esprit élitiste qui colle à la voiture. La marque souhaite ainsi s’adresser aux puristes à la recherche d’un plaisir de conduite et désireux de rouler dans une voiture différente par son design et l’image qu’elle véhicule qui ne la fait ressembler à aucune autre.

Un côté différenciant et vraisemblablement recherché puisque l’on a appris que la RCZ apparaîtra prochainement dans la célèbre série américaine « Les Experts Las Vegas » alors que le modèle n’est même pas commercialisé aux Etats-Unis. Un placement produit qui témoigne de l’image forte dont bénéficie le véhicule. La clé des constructeurs automobiles français dans le secteur du haut de gamme passe par des véhicules à fort caractère.

Crédit photo : Peugeot Facebook

2008 vs Captur : Une bataille de la communication

2008 vs Captur

24 heures, c’est le temps qu’il aura fallu à Renault pour contrecarrer la communication de Peugeot autour de son nouveau crossover compact, la 2008. Pas de solidarité donc entre constructeurs français en ces temps difficiles. Retour sur les faits…

Une bataille de communication
Lundi 07 janvier 2013, la marque aux lions dévoile sur sa page Facebook les lignes de son dernier-né, accompagné d’un texte laconique : « Découvrez les premières photos du nouveau crossover urbain compact, la 2008 ! Comment la trouvez-vous ? » Ne souhaitant pas laisser Peugeot profiter seule des retombées de cette communication, Renault décide de contre-attaquer en dévoilant dès le lendemain (le mardi 08 janvier) un teaser de son Captur, concurrent direct du 2008. Un moyen pour la marque au losange d’occuper le terrain jusqu’au vendredi 11 janvier, date à laquelle elle présente plus en détails ce tout nouveau Captur.

La communication de Renault s’est ainsi calquée sur celle de son homologue français. A savoir le choix de Facebook pour présenter son véhicule, et ce durant la même semaine choisie par Peugeot. Et lorsqu’on s’intéresse de plus près à la manière dont les deux constructeurs ont procédé pour présenter leurs produits respectifs, certains détails témoignent de la stratégie actuelle adoptée par chacune d’entre elles.

La montée en gamme côté Peugeot…
Peugeot a fait le choix de la sobriété aussi bien dans la forme (seulement 4 photos communiquées sur Facebook et aucune prise de vue de l’intérieur) que dans le fond, en nous dévoilant un 2008 en statique, dans un simple décor de studio. Un cadre jugé austère par certains dans la mesure où ce type de véhicule se serait retrouvé plus à son aise s’il avait été présenté dans un environnement faisant appel à l’évasion et aux loisirs (en extérieur, sur les bords d’une plage par exemple), assorti d’une couleur plus enjouée.

Ce choix de la marque s’inscrit avant tout dans le cadre de la stratégie de montée en gamme voulue par la marque sochalienne. Initiée en 2009, cette vision stratégique vise à se rapprocher des standards allemands (dont la référence reste Audi) et à bénéficier ainsi d’une image davantage orientée « haut de gamme ». Cela s’est matérialisée par une nouvelle identité de marque appelant à une certaine modernité :
– Institutionnelle avec un logo modernisé, une nouvelle signature de marque « Motion & Emotion », un choix iconographique plus travaillée et une prédominance du blanc, du gris et du noir dans les photos officielles.
– Stylistique avec le retour à un design plus sobre (ex : 508, 208). Fini les bouches béantes et passage à une calandre plus conventionnelle.
– Technologique avec l’HYbrid4 (motorisation hybride diesel-électricité).

… face au renouveau stylistique côté Renault
A l’inverse, la problématique est tout autre pour le constructeur au losange. Longtemps critiqué pour ses réalisations jugées fades et consensuelles (ex : Twingo I et Laguna III), la marque se devait de réagir pour redynamiser son image.

C’est par le design que cette dernière a été critiquée, c’est donc par le design qu’elle a souhaité se régénérer avec toute une phase de communication autour de la nouvelle stratégie design, lancée en 2010 sous la direction de Laurens Van Den Acker. L’idée, un modèle pour chaque étape de la vie. La Clio III a été le premier modèle à bénéficier de ce renouveau stylistique (si on excepte le restylage de la Twingo II).

Aujourd’hui, c’est au tour du Captur d’être sous les feux des projecteurs, concrétisation de la pétale « Explore » de la stratégie design du constructeur. Et pour renforcer encore un peu plus le lien entre le modèle de série et le concept-car, on retrouve la fameuse couleur orangée qui caractérisait ce dernier. Symbole d’énergie et d’imagination, cette livrée colle à l’esprit loisirs et rend (sur les visuels) ce Captur davantage expressif que son homologue de chez Peugeot.

La bataille ne fait donc que commencer pour ces deux futures stars. Déjà entamée sur le plan communicationnel, elle va se poursuivre dans les allées du prochain salon de Genève, organisé du 07 au 17 mars prochain.

Crédits photos : Page officielle Facebook Peugeot & Renault.fr

Dacia se contente de l’essentiel

Dacia Sandero

Il existe deux catégories de publicité automobile. La première qui use d’effets spéciaux, de décors exotiques ou encore de personnalités (comédien, sportif, etc.) pour vanter les qualités de leurs dernières productions et nous vendre une part de rêve et d’émotion. Et la deuxième, qui cherche à distiller une logique bien cartésienne : séduire par un rapport prix/équipement très attractif.

Vous l’aurez deviné, la marque Dacia se situe dans cette dernière catégorie et le montre encore une fois avec sa nouvelle publicité consacrée à sa dernière née, la Sandero. Attendue et considérée comme l’une des stars du dernier mondial de Paris aux côtés des Clio IV, Adam et autres Golf VII, la compacte roumaine n’échappe pas à ses obligations et nous fait découvrir sa plastique dans cette nouvelle vidéo publicitaire.

La plus célèbre des marques low cost adopte de manière ironique les codes publicitaires utilisés habituellement par les constructeurs issus de la première catégorie. La Sandero y est présentée au milieu de décors plus somptueux les uns que les autres et choisis pour y valoriser ses qualités : endurance, robustesse, fiabilité et design. Mais non ! La voix-off met fin à cette mise en scène et nous renvoie, nous et la Sandero, à la réalité. A savoir dans un studio tout de blanc vêtu et éclairé par la lumière des néons. Pas très vendeur à première vue. Un décor qui n’appelle pas au rêve et à l’émotion mais qui entre en parfaite harmonie avec la philosophie de la marque du groupe Renault : la simplicité. Le ton de la voix-off participe à cette idée avec un très laconique : « Mais pourquoi faire tout ça ? » en référence aux efforts réalisés par les constructeurs pour mettre en valeur leurs produits, avant d’enchaîner par « Nouvelle Dacia Sandero (…) pas besoin d’en rajouter ».

Seuls le prix, la réputation de fiabilité donnée à la précédente génération et la garantie trois ans suffisent à argumenter et à valoriser le produit. Dacia adopte une posture toute en affirmation et en confiance à l’image de ses précédentes campagnes. L’élément nouveau réside désormais dans la valorisation du design de l’auto, mentionné dans la première partie de la vidéo ainsi que par le choix iconographique de présentation du véhicule adopté en deuxième partie. Cette deuxième génération de Sandero fait la part belle aux images de synthèse, à la manière de Renault dans ses publicités, ce qui témoigne d’une certaine montée en gamme déjà perceptible par le biais des équipements disponibles sur cette nouvelle génération de Sandero (TCe 90 ch, tablette tactile, régulateur-limiteur de vitesse).

Crédit photo: YouTube